Search
Generic filters
Comment Effectuer Une Recherche Qualitative
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Groupe de discussion avec des femmes de Djalori, Niger – Photo: Amanda Nero

L’approche qualitative est une méthodologie et une technique de recherche très utilisées en sciences sociales notamment pour explorer plus en profondeur les questions « Quoi, Pourquoi et Comment ? » face à une situation sociale ou culturelle qui nous intéresse.

Lorsqu’on applique cette approche à l’étude des migrations et des phénomènes migratoires, on pourra alors avoir un éclairage particulier sur les causes et impacts de la migration féminine par exemple, ou encore, sur l’aide nécessaire aux personnes victimes d’abus physiques ou psychologiques pendant leur voyage.

Dans cet article, nous allons couvrir les recommandations principales à suivre pour utiliser l’approche qualitative dans vos recherches. Vous pouvez aussi vous référez aux vidéos sur l’entretien qualitatif et les groupes de discussions pour avoir des informations plus précises sur ces deux méthodes de collectes de données.

L’Importance De La Recherche Qualitative

La recherche qualitative permet d’obtenir des informations sur les sujets d’une recherche afin de pouvoir comprendre leurs expériences, leurs points de vue, leurs parcours de vie migratoire.

Comment Mettre en Œuvre Une Recherche Qualitative?

L’approche qualitative est utilisée en général sur le terrain pour effectuer des recherches et renforcer ainsi la compréhension d’un sujet précis.

La recherche qualitative est un exercice qui nécessite de se préparer en avance. Après clairement défini votre problématique, vos objectifs de recherche et qui seront les participants à votre recherche, il faudra aussi penser à l’organisation de votre terrain. Le contexte de l’entretien ou du groupe de discussion compte et peut influencer considérablement votre recherche et sa qualité. Il est important de trouver un lieu calme, propice à la discussion, de préférence à l’écart de la foule et où les personnes se sentent en confiance et en sécurité pour s’exprimer librement.

Il est aussi important d’établir une relation de confiance avec les sujets de la recherche. Expliquez toujours votre méthodologie d’analyse et montrez-vous clairs et transparents par rapport aux biais potentiels de la recherche.

Lors de la mise en oeuvre du travail de recherche, il est nécessaire de prendre en compte des notions importantes telles que celle de subjectivité car en tant qu’enquêteurs, nous sommes influencés en partie par nos histoires, valeurs personnelles et points de vue sur le terrain. Tout au long du processus de recherche qualitative, il est important de garder en tête la problématique et les objectifs de la recherche qui constitueront votre fil conducteur pendant toute la collecte de données.

Pour mener à bien votre travail de recherche qualitative, deux méthodologies sont privilégiées: les entretiens qualitatifs et les groupes de discussions.

Comment Mener des Entretiens Qualitatifs?

L’entretien qualitatif a pour objectif de collecter des informations sur un individu ou un groupe d’individus donné. Pour organiser vos entretiens qualitatifs, vous pouvez avoir recours à des discussions ouvertes ou fermées.

En amont, que ce soit pour un entretien en présentiel ou à distance, il faut se renseigner sur le sujet pour avoir une bonne idée du contexte social et culturel de l’endroit sélectionné pour la recherche, ou des caractéristiques du groupe social en question, comme par exemple les langues parlées, la religion, et les coutumes. L’enquêteur peut trouver des informations en ayant recours à diverses sources, par exemple la littérature académique, les rapports officiels d’organisations internationales, la presse écrite, les blogs ou les réseaux sociaux.

La sécurité est à prendre en compte pour évaluer le niveau de risques à la fois pour l’enquêteur et l’enquêté.

Nos interlocuteurs et interlocutrices doivent pouvoir s’exprimer librement. L’enquêteur s’abstiendra de surinterpréter les réponses qu’il reçoit ou de leur couper la parole ou de la reprendre. En revanche, il peut relancer la discussion. Pour mettre notre interlocuteur à l’aise, il est essentiel de montrer le même niveau de respect quel que soit son statut.

Le langage non-verbal de l’enquêté est aussi important à observer car cela peut nous indiquer des moments de peur, ou de gêne qui peuvent être pris en compte lors de la collecte de données. Pour rendre l’entretien fluide et mettre les participants à l’enquête à l’aise, nous devons adapter le niveau de langage, de vocabulaire et d’expressions utilisés.

Comment Organiser des Groupes de Discussions?

Le groupe de discussion permet d’en apprendre plus sur les opinions, les attitudes et les sentiments qui n’apparaissent pas dans les entretiens qualitatifs. Cette méthode de recherche est peu chère et facile à mettre en oeuvre. Il regroupe généralement entre six et douze personnes partageant les mêmes caractéristiques pertinentes à la recherche qualitative.

Un facilitateur accompagné d’un enquêteur sont chargés d’animer le groupe de discussion. Pour cela, les responsabilités doivent être clairement établies avant le jour de la discussion. Vous devez ainsi savoir qui posera les questions, qui prendra les notes ou sera en charge de l’enregistrement par magnétophone. Vous pouvez prendre cette décision en fonction des capacités et expériences au sein de votre équipe mais également en fonction du groupe avec lequel vous allez vous entretenir (Exemple : si vous souhaitez réaliser un groupe de discussion avec des femmes, il peut être plus prudent de faire intervenir une collègue femme).

De surcroit, il est conseillé de se familiariser avec le guide de questions qui orientera la trajectoire de la discussion.

Pensez à prendre le temps d’organiser les entretiens ou les groupes de discussions en avance pour que les participant(es) puissent prendre leurs dispositions. Souvent il est aussi nécessaire de mettre au courant les autorités communautaires du lieu et de la date choisis.

Conseils

Souvenez-vous aussi que la recherche qualitative génère une connaissance et des informations qui sont plus subjectives par rapport aux méthodes quantitatives (comme des questionnaires individuels ou des enquêtes systématisées). Les données produites seront plus souvent des discours et des narratifs, à l’inverse de la recherche quantitative qui a tendance à générer des nombres et des chiffres. Ainsi il n’est pas nécessaire de réaliser un nombre élevé d’entretiens ou de groupes de discussion. Prendre le temps de réaliser un nombre réduit d’entretiens menés correctement peut se révéler plus riche.

Lorsque vous comptez réaliser des entretiens avec des groupes de population vulnérables ayant subi des traumatismes, des abus, des violences physiques ou sexuelles, ou des difficultés particulières au cours de leurs vie et parcours migratoires (femmes victimes de violence, d’exploitation, mineurs non-accompagnés, mineurs séparés etc.), il faut impérativement se questionner sur l’impact de l’entretien sur ces personnes de respecter les mesures de protection et de confidentialité de votre organisation.

Ces quelques recommandations sont destinées à vous orienter à mieux intégrer un aspect qualitatif pour la préparation ou la mise en œuvre de vos études de terrain. N’oubliez pas qu’au-delà d’un apprentissage théorique c’est surtout la pratique qui vous permettra d’obtenir de bons résultats pour vos recherches !

Cet article a été rédigé par Bérénice Boukaré, Consultante au sein de l’OIM, chargée des Recherches et de l’Apprentissage.

Articles similaires

Comment Organiser une Activité De Street Art
Cours en ligne: engagement communautaire en temps...
Jeu de société à imprimer

This website uses cookies to ensure you get the best experience on our website. By using our website, you agree to our use of cookies.